"La Ligue ne se borne pas à prendre en charge la portion de justice inscrite dans la loi ; elle veut inscrire dans la loi la totalité de la justice." Victor BASCH au Congrès de 1929. Il a été président de la LDH de 1926 à 1944. Il fut assassiné avec sa femme Ilona par la milice française le 10 janvier 1944.

lundi 11 août 2014

Présence de la section LDH à Aullène samedi 9 août pour l'événement "Aullène 14-18 - I morti di u 14"

Des militants de la section ont assisté à l'inauguration de l'exposition présentée par l'association "Nanzi e oghji". Cette exposition richement documentée retrace notamment l'histoire des 99 aullénois "morts pour la France". Parmi eux, Joseph Tomasini, fusillé en 1914, puis réhabilité en 1918.

                             
                                     Œuvres de Pierre Colin réalisées à l'occasion de l'exposition.

La section LDH a également participé à l'inauguration de la stèle érigée, devant le monument aux morts du village, en hommage à Joseph Tomasini. Une gerbe "Liga di i diritti di l'omu" a été déposée.


Les militants de la section ont ensuite assisté à la conférence sur les fusillés d'André Bach - ancien chef du service historique de l'Armée de terre de 1997 à 2002. Il est l'auteur de deux ouvrages de référence sur les fusillés : Fusillés pour l'exemple, 1914-1915 et Justice militaire 1915-1916.
Quelques citations d'André Bach : "S'intéresser aux fusillés ne signifie pas que l'on s'intéresse moins à ceux qui ont perdu la vie sans avoir été confrontés à la justice militaire. On s'y intéresse au contraire d'autant plus".
"Cette mort infâmante d'hommes, à genoux, fusillés par leurs camarades, "au nom du peuple français" interpelle l'Etat comme notre communauté nationale."
"Quelle que soit l'époque, l'aspiration à ce que justice soit rendue est essentielle. On veut savoir si les sentences rendues par la justice de guerre correspondent bien à l'idée que nous nous faisons de la justice. Aucune réponse claire n'a été donnée par l'Etat à ceux qui se posent cette question".



Article de Corse-Matin paru le 22/08 :