"La Ligue ne se borne pas à prendre en charge la portion de justice inscrite dans la loi ; elle veut inscrire dans la loi la totalité de la justice." Victor BASCH au Congrès de 1929. Il a été président de la LDH de 1926 à 1944. Il fut assassiné avec sa femme Ilona par la milice française le 10 janvier 1944.

mercredi 6 janvier 2016

Solidarité avec les manifestations à Baiona et Bilbo ce 9 janvier

La LDH Corsica apporte son soutien aux manifestations qui auront lieu le 9 janvier à Bayonne et à Bilbao à l’appel « Ensemble déplaçons les montagnes -Rapprochement des prisonniers basques ! Droits de l’Homme, résolution et paix ! ». Actuellement, ce sont 420 prisonnier-e-s politiques basques qui sont dispersé-e-s dans plus de 70 prisons éloignées du Pays Basque. 8 familles sur 10 doivent effectuer plus de 500 km pour une visite. Comme en Corse, le rapprochement des prisonniers auprès des leurs et l’accès à la liberté conditionnelle, conformément au droit existant, sont une nécessité pour construire un processus de paix viable.                                                                         C’est pour débattre de la construction de cette paix souhaitée et possible que la LDH Corsica s’est récemment déplacée et se rendra prochainement au Pays Basque Nord. En octobre 2015, elle y a rencontré des militants  engagés au sein de la section LDH de Bayonne, du parti indépendantiste Sortu, du collectif Bake Bidea et du collectif Bagoaz qui sont à l’initiative de la mobilisation du 9 janvier à Bayonne. Au Pays Basque Sud, c’est le réseau SARE, organisation de défense des prisonniers politiques, qui organise la manifestation à Bilbao.                                    Au Pays basque comme en Corse, le dialogue avec l’Etat ne peut s’établir sereinement si les droits des détenus ne sont pas respectés. Ce dialogue passe aussi par la prise en compte effective des expressions démocratiques qui aspirent à la résolution des conflits hérités d’histoires douloureuses. Il est encore temps pour les gouvernements espagnols et français de prendre acte de l’abandon de la violence et de relever le défi de la paix.
Ajaccio, le 6/01/2016