"La Ligue ne se borne pas à prendre en charge la portion de justice inscrite dans la loi ; elle veut inscrire dans la loi la totalité de la justice." Victor BASCH au Congrès de 1929. Il a été président de la LDH de 1926 à 1944. Il fut assassiné avec sa femme Ilona par la milice française le 10 janvier 1944.

mercredi 17 février 2016

"La LDH inquiète" - Communiqué


"Le climat social délétère qui s’installe depuis plusieurs semaines inquiète la  ligue des droits de l’homme. Certains y voient la conséquence de l’arrivée des nationalistes à la tête de l’institution territoriale qui, selon eux libéreraient les mauvaises passions de notre société. D’autres considèrent qu’avec cette nouvelle donne politique, l’heure est venue de renverser la table. A cela se mêlent des évènements insupportables telles les manifestations racistes de fin d’année, un jeune supporter blessé à Reims, une mairie incendiée…. La LDH veut rappeler son attachement à la construction d’un processus d’apaisement. Elle est consciente des obstacles qui se dressent, notamment l’absence d’un véritable dialogue du côté gouvernemental. Elle entend les propos anti-corses qui se banalisent. Mais les défoulements haineux et les violences  qui agitent notre société sont aussi un obstacle. Ils relèvent de la responsabilité de chacun d’entre nous. Ils sont une impasse pour notre communauté de destin qui peut y perdre le sens de l’avenir. Le refus du racisme et de la xénophobie, le respect des droits des prisonniers politiques, l’exigence de justice et de vérité pour le jeune homme blessé à Reims, la nécessité de mobiliser toujours plus largement la société corse pour que s’ouvre un véritable dialogue, telles sont pour la LDH, les priorités du moment qu’il nous faut porter dans le cadre d’un rapport de force démocratique patiemment construit, à l’opposé des logiques d’affrontement."

Corsematin.com
Corsenetinfos

Corse-Matin 18/02 :