"La Ligue ne se borne pas à prendre en charge la portion de justice inscrite dans la loi ; elle veut inscrire dans la loi la totalité de la justice." Victor BASCH au Congrès de 1929. Il a été président de la LDH de 1926 à 1944. Il fut assassiné avec sa femme Ilona par la milice française le 10 janvier 1944.

mardi 8 mars 2016

Ghjurnata internazionale di e Donne : projection à l'Assemblée de Corse du film documentaire de Jackie Poggioli "Resistante corse dipurtate"

Invitée par Jackie Poggioli, la section était présente à l'Assemblée pour assister à la projection de son film "Résistantes corses déportées", un documentaire à la mémoire de dix-huit résistantes corses. La réalisatrice a précisé que son film livre une autre image de la femme corse traditionnellement représentée comme une figure maternelle sacrificielle lors de la guerre 14-18; son documentaire rend hommage au combat politique de femmes engagées contre le nazisme et qui ont connu l'horreur des camps.

Lire le texte de Jackie Poggioli "Résistantes corses déportées" à l'Assemblée de Corse :

"L’Assemblée de Corse et les Femmes
C’est un acte politique fort que les deux Présidents de l’Assemblée de Corse ont accompli, ce 8 mars. Ils ont tenu à célébrer la Journée Internationale de la Femme de façon totalement inédite, dans ce lieu le plus représentatif du Pouvoir politique insulaire. Et cet hommage, ils ont choisi de le faire en s’appuyant sur un documentaire en langue corse, produit par ViaStella, consacré à des Résistantes insulaires Déportées. C’est un choix doublement symbolique.
 La longue mise au ban du Corse, qui était la langue maternelle des héroïnes évoquées dans ce film, renvoie en effet comme un écho troublant à leur oubli à elles. Le choix de rappeler leurs parcours réveille de fait le souvenir de générations d’ombres féminines qui ont fait la Corse mais qui gisent pourtant, sans nom et sans visage, dans les ténèbres de l’Histoire.

L’effacement des Femmes, dans la représentation mémorielle insulaire, est une évidence trop souvent ignorée ou niée, alors même qu’elle crève les yeux : en témoigne -entre autres exemples- leur absence totale dans la Statuaire civile corse, érigée dans l’espace public, qu’elle soit d’ailleurs d’inspiration corsiste, bonapartiste, jacobine, républicaine. Aucune effigie de femme sur nos places, aux côtés de Sambucucciu, Vincentellu d’Istria, Sampieru, Napoléon et ses frères, les maréchaux de l’Empire, les soldats et  Généraux corses des Armées de la République, les Résistants de la Seconde Guerre ! Un Panthéon symbolique uniquement viril, comme on le voit. Aux oubliettes, même les quelques héroïnes du XVIIIe qui avaient pourtant réussi à marquer la mémoire collective, Maria Gentile, Faustina Gaffori, Rusanna Serpentini, A Monaca Rivarola. Aux oubliettes toutes leurs congénères, y compris les Résistantes et Déportées du XXe siècle. Le buste de Danielle Casanova, la seule héroïne rappelée dans la pierre, n’est pas érigé dans l’espace public, mais dans une aire privée et funéraire : son tombeau, perdu dans le maquis de Piana.
L’unique représentation féminine qui se dresse sur nos Places publiques -en-dehors de la Madona, de l’allégorie de Marianne et de celle de …la Pudeur (!) -c’est l’image de la Mère des soldats de 14, montrant à ses fils le chemin à suivre : celui d’une mort forcément glorieuse, au Champ d’honneur -dans l’enfer des Tranchées. Comme si c’était celui-là -si tant est qu’il ait existé !- le plus beau rôle des Femmes corses dans l’Histoire, le seul qui mériterait d’être gravé dans le marbre.
A l’opposé de cette terrifiante vision, façonnée par  le discours dominant, celle d’une Mère sacrificatrice de ses fils, au nom d’un Pouvoir Supérieur, et celle d’une Donna corsa qui ne participerait de fait à l’Histoire qu’à travers les hommes de sa lignée, les Résistantes insulaires déportées racontent une tout autre mémoire. Celle de Femmes luttant elles-mêmes contre un Ordre barbare, ayant partie liée avec l’Etat, celles de Femmes engagées pas seulement comme mères, ou épouses/ filles / sœurs, mais comme des êtres libres de toute tutelle, majeurs, même à cette époque où elles n’avaient pas encore le droit de vote, où elles n’étaient pas considérées comme des citoyennes à part entière.
A l’heure où les Droits des Femmes sont toujours niés ou remis en question dans de nombreux pays, et où la Corse est secouée par des vents mauvais, oui, il fallait plus que jamais rappeler le souvenir de ces Combattantes de la Liberté, si oubliées des Commémorations insulaires de 1943 et de 1945. Il fallait rendre publiquement hommage à ces Femmes de l’Ombre, qui ont lutté contre le fascisme, celui de l’Occupant, mais également celui de l’Etat français pétainiste et de ses relais insulaires.
Merci à Jean-Guy Talamoni et Gilles Simeoni d’avoir remis ces Résistantes déportées au cœur du débat, ce 8 Mars, dans cette Assemblée où bat le pouls de la démocratie corse."

Jackie Poggioli