"La Ligue ne se borne pas à prendre en charge la portion de justice inscrite dans la loi ; elle veut inscrire dans la loi la totalité de la justice." Victor BASCH au Congrès de 1929. Il a été président de la LDH de 1926 à 1944. Il fut assassiné avec sa femme Ilona par la milice française le 10 janvier 1944.

lundi 26 septembre 2016

Lettre ouverte de la LDH Corsica et de l'APTC adressée aux élus de l'Assemblée de Corse, aux députés et sénateurs de Corse

                                                                                                                          
Lettre ouverte 
aux élus de l’Assemblée de Corse
aux députés de Corse
aux sénateurs de Corse

Mesdames et messieurs les élu(e)s,

Salles de prière profanées et saccagées, défoulements haineux sur le réseau social, manifestations anti-réfugiés et anti-immigrés, activisme d’extrême-droite… les agitations racistes et xénophobes ne cessent de se multiplier. La recherche de boucs-émissaires constitue un défi pour notre société, comme pour toutes les sociétés, confrontée au creusement des inégalités, à l’augmentation de la précarité et aux questionnements identitaires. Les extrêmes-droites exploitent ces ressentiments et ces inquiétudes, désignent des coupables et comptent tirer parti de ce contexte social fragilisé.

Une focalisation politico-médiatique sur ces agitations laisse penser que les Corses sont racistes. La Corse n’est pas raciste mais comme les autres sociétés européennes et au-delà, elle connaît des dérives. Les préjugés anticorses ne doivent pas servir de prétexte pour relativiser, voire nier, ce danger qui vise une partie de notre société. Dénoncer le racisme et la xénophobie, les combattre, c’est revendiquer l’attachement des Corses à la fraternité.

Face aux actes de barbarie commis au nom d’une idéologie haineuse et destructrice, les peurs et les colères sont des réactions normales. Leur exploitation à des fins de stigmatisation sont de la xénophobie et du racisme. Sachons nous protéger contre les rumeurs volontairement distillées et contre l’instrumentalisation de faits divers par les faiseurs de haine.

Pour notre part, nous ne confondons pas les rassemblements de protestation et de solidarité devant la préfecture d’Ajaccio en décembre 2015 et devant la préfecture de Bastia en août 2016 avec leurs débordements en expéditions punitives aux cris de « on est chez nous ». Ce jour-là, certains ont pu se tromper de colère mais ceux qui aujourd’hui revendiquent leur participation ou veulent provoquer d’autres réactions de ce type, ceux-là en appellent à faire justice soi-même et veulent sciemment  tourner le dos à la fraternité.

Dans ce contexte, l’Etat semble impuissant. Il laisse perdurer l’impunité face à des actes révoltants. A ne pas vouloir jeter de l’huile sur le feu, il permet la récidive des actes xénophobes. Nous affirmons que la société corse est riche de la diversité des femmes et des hommes qui la composent, quelles que soient leurs origines ou leurs opinions. Notre avenir repose sur notre capacité à faire vivre cette diversité. La communauté de destin est la liberté donnée à chaque être humain qui réside durablement en Corse, quel que soit son lieu de  naissance ou son lignage, de penser et de s’exprimer. Elle est la liberté de s’associer en partis, en syndicats, en associations culturelles, sportives, sociales ou civiques, cultuelles… selon des termes qui appartiennent aux citoyen(ne)s engagé(e)s dans ces démarches.

La communauté de destin, c’est la possibilité donnée à chaque génération, dans sa nouvelle diversité, de revisiter ce que lui a légué la génération précédente. C’est aussi la responsabilité donnée à la génération présente et à leurs élus de transmettre une société fraternelle et paisible à ceux qui, demain auront cette même responsabilité.

Ajaccio, le 26/09/2016
Association Populaire des Tunisiens de Corse et amis