"La Ligue ne se borne pas à prendre en charge la portion de justice inscrite dans la loi ; elle veut inscrire dans la loi la totalité de la justice." Victor BASCH au Congrès de 1929. Il a été président de la LDH de 1926 à 1944. Il fut assassiné avec sa femme Ilona par la milice française le 10 janvier 1944.

mercredi 30 novembre 2016

A l'invitation de Pax Christi Corse, la section a participé à la rencontre interreligieuse et du bien vivre ensemble organisé ce 30 novembre à Ajaccio sur le thème de la solidarité

Contribution de la section et intervention d'Antonin Bretel, secrétaire de la LDH Corsica :

"Pour la LDH Corsica la solidarité est un mot plein de sens. On pourrait le définir comme la mise en action
de la fraternité. Le moment où l’autre est réellement un alter-ego, le moment où les difficultés qu’il rencontre nous concernent tous. La  solidarité c’est donc la traduction de l’universalité dans les gestes, dans les actes, dans le contrat social à travers la reconnaissance de l’autre comme un frère qui est mon égal. La solidarité c’est l’égalité concrète et le combat pour l’égalité concrète. À la Ligue des droits de l’Homme ces mots, solidarité, fraternité, universalité, égalité ne sont pas vains. Ils sont au fondement de la démocratie.
La Justice est au coeur de l'engagement de la LDH Corsica, c’est par son absence ou son insuffisance (l’INJUSTICE) que cet engagement se révèle. La Justice n’est rien d’autre que la reconnaissance de l’universalité à travers le droit. Combattre l’injustice, c’est construire en droit la solidarité.Nous sommes une association politique puisque nous prenons en charge toutes les dimensions  humaines, puisque les droits de l’homme sont indivisibles. La solidarité est le ciment de cette indivisibilité. Certains voudraient réduire la solidarité à une espèce d’entre soi. Ils nient la communauté de destin qui ne peut être que celle d’un destin partagé. S’opposer à cette idéologie destructrice pour les sociétés est un objectif prioritaire pour la LDH qui doit mobiliser toutes les familles démocratiques.
Articuler les termes comme nous venons de le faire montre que le combat pour les droits, contre les injustices c’est de la solidarité. C’est la première pierre à l’émancipation individuelle et collective. L’objectif de ce travail c’est le développement d’une société juste et libre. La solidarité est le moteur de mon engagement et celui des ligueuses et ligueurs ici et maintenant."