"La Ligue ne se borne pas à prendre en charge la portion de justice inscrite dans la loi ; elle veut inscrire dans la loi la totalité de la justice." Victor BASCH au Congrès de 1929. Il a été président de la LDH de 1926 à 1944. Il fut assassiné avec sa femme Ilona par la milice française le 10 janvier 1944.

mardi 10 janvier 2017

Soutien des fédérations du Parti Communiste à André Paccou et à la LDH Corsica


Soutien à André Paccou et à la LDH Corsica
La Corse n’en a pas encore fini avec la violence, les pressions, les menaces, l’intolérance et le racisme. Ces dérives insupportables  ont trouvé dans les réseaux sociaux des moyens de propagande massive  et d’intoxication collective. Les victimes expiatoires en sont, ce n’est pas une surprise, les défenseurs des valeurs humanistes et des conquêtes démocratiques. 
Il est révélateur et inquiétant que ce soient  André Paccou, sa famille, ses proches et,  à travers eux, la Ligue des Droits de l’Homme, qui sont visés par la campagne haineuse et agressive de certains groupuscules  fascisants. Des groupuscules décomplexés qui ont récupéré, pour servir leur politique d’exclusion,  certaines  thématiques du nationalisme corse (« le peuple corse seule communauté de droit sur sa terre ») pour dénoncer « l’officine immigrationniste LDH »  et la « police de la pensée »  qu’exercerait la Ligue ! 
Ils osent même présenter, avec un cynisme à toute épreuve, leurs injures et leurs menaces comme des plaisanteries innocentes, des «propos grivois tenus sur les réseaux sociaux » !  Le procès qui les vise serait celui de la « macagna » ! Ces éléments de langage très défensifs révèlent cependant une crainte diffuse de tomber sous le coup de la loi républicaine ; car (et ces individus ne peuvent pas l’ignorer…) le racisme n’est pas une opinion mais un délit ! 
On notera comme un fait particulièrement significatif (et dont il faut se réjouir) le soutien public apporté à André Paccou par le Président de l’exécutif territorial, le Président de l’Assemblée de Corse, et par les présidents des deux groupes d’élus nationalistes. Soutenir la LDH, c’est condamner la campagne ignoble qui la vise, et c’est aussi refuser de se reconnaître dans les thématiques nationalitaires de ces groupuscules fascisants. 
           Le soutien des communistes et celui des forces démocratiques est naturellement acquis à André Paccou et à la LDH Corsica. La Corse éprise de liberté, la Corse résistante, populaire et démocratique, la Corse de Jean Nicoli et de Fred Scamaroni, cette Corse-là n’a pas la nostalgie des guerres coloniales ! Elle ne se reconnaît pas dans cette image hideuse que veulent renvoyer d’elle une poignée de racistes virulents. 
Sans relier, de façon simpliste et inadéquate,  les agressions contre les militants et responsables du Levante et la campagne qui vise le premier responsable de la ligue des Droits de l’Homme  en Corse, on doit relever qu’elles sont, toutes, l’indice d’un inquiétant regain de tension et de violence, un regain porteur de nouvelles dérives.
Les démocrates corses, dans la diversité de leurs appartenances politiques, doivent faire barrage à ces entreprises de déstabilisation de notre société.  Aux mensonges et à la provocation, qui sont les armes favorites de la pire réaction, ils opposeront la force de leur union autour des grands principes  de liberté, égalité, fraternité et laïcité, seuls capables d’assurer le progrès général de l’humanité.   
                                                                                                                    Ajaccio-Bastia, le 22 décembre 2016 
                                                                                         Les  deux fédérations du Parti Communiste Français

Nous approuvons cette déclaration
La campagne de haine et les appels à la violence, qui se développent sur internet contre le premier responsable de la Ligue des Droits de l’Homme en Corse, sont contraires aux simples droits humains, ils sont inacceptables et dangereux pour notre société. Nous appelons les démocrates, quelles que soient leurs convictions politiques personnelles, à soutenir cette déclaration en faveur de la Ligue des Droits de l’Homme : elle  a déjà eu pour effet d’entraîner la réaction haineuse, sur internet, d’un groupuscule fascisant ; preuve, s’il en fallait une, que ce texte vise juste. Nous décidons, même si nous ne partageons pas toutes les options des initiateurs de cette déclaration, d’apporter sur ce point notre soutien à leur démarche.

Les 254 premiers signataires   (au 15 janvier 2017)
Jean-Claude Acquaviva ; Jean-Charles Adami, Joseph Agostini ; Rudhy Albertini ; Jean Alesandri ; Juliette Alesandri ; Fanfan Alesandri ; Nicolas Alaris ; Isaline Amalric ; Charly Amet ; Jean Louis Amidei ; Madeleine Amidei ; René Amoretti ; Anissa-Flore Amziane ; Sylvie Andula-Mouton ; Angelici-Derosa Marie-Ange ; Patrice Antona ; Ghjuvan Maria Arrighi ; Florence Antomarchi ;  Philippe Arnauld ;  Jacqueline Arrii-Wroblevski, résistante, présidente d’une association d’Anciens Combattants ; Audouard Gaetan ; Etienne Bastelica ; Alain Barinet ; François Bartoli ; Jean-Pierre Battestini ; Lina-Joss Beautier ; Alain Benielli ;  François Berlinghi ; Viviane Biancarelli ; Joachim Bigi ; Jean-Michel Biondi ; Renée Bisgambiglia ; Jean-Paul Blandino ; Sophie Blervaque-Baudouin ; Nicolas Blin ; André Borchini ; Marc Borelli ; Paul Borelli ; Henri Brosse ; Paula Bruschini ; Jean-Baptiste Bruschini ; Dominique Bucchini ; Muriel Buisson ;   Alain Calisti ; Alexandra Landro Cancellieri ; Anthony Casanova ; Patrice Casanova ; Charles Casabianca ; Paul Casabianca ; Marie Casabianca ; Agnès Casale ; Amiel Casale ; Leonisa Casale ; Noël Casale ; Charles Cassetari ; Valérie Caux ; Françoise Ceccaldi-Nordee ;  Daniel Cerutti ; Ange Cesari ; Laurent Chiocca ; Michèle Chiocca ; Katia Chipolina ;  Hyacinthe Choury ; Marcelle Cimino ; Antoine Ciosi ; Corinne Clavière ; Jacky Corbel ;  Philippe Coutellier ; Antoine Crestani ;  Patricia Curcio ; Stéphane Cuvilliez ;  Michel D’Alverny ; Paulette Dadoit-Ristorcelli ; Marc Defendini ; Pierre-Jean Delavalle ; Serge Demailly ; Francine Demichel ; Toussainte Devoti ; Diego Diaz ;  Patricia Dieudonné ; Jean-Charles Dionisi ;  Franck Domain ; Guy Doussot ;  Nicole Duplan ; Françoise Dumahu ;   Gérard Elineau ; Antonia Erhart ; Antoine Etienne ; Jean-Pierre Fabiani ; Antoine Fanucci ; Pierre Faure ; Marie-Odile Favard ; Michel Fazzini ; Manette Ferrandini ; Jean-François Ferrandini ; Ange-Marie Filippi-Codaccioni ; Paulette Filippi-Codaccioni ; Claudine Filippi ; Ange-François Filippi ; Béatrice Fillios ; Marie-Pierre Fiori ; Juliette Fix ; Michel Fix ; Martine Fort ; José FORT ; France Insoumise (Marseille) ;  Félix Franceschi ; Mélanie Franceschi ; Michèle Furtuna ; Gérard Gagliardi ; Alexandra Gaffory ; Raymond Gas ;  André Gaudemard ; Ignazio Genova ; Marcel Giard ;  Philippe Istria ; Hélène Giacomoni, Jean Jacques Gil, Jean-Michel Gilbert ; Serge Gori, Alex Gonzalez, Chantal Gossin, Paquy Graziani, Dominique Guglielmacci, Christian Guadagnini, Jeanne Guerra ; Pierre Guidicelli ; Michel Houdayer ;  Daniel Herrmann ;  Claudine Jouet-Maginot ; Benoît Laforêt ; Martine Lefuma-Maginot ;  Gilles Larnaud ; Paul Larnaud ; Françoise Larouge ;  Serge Laybros ; Maïté Lemire ; Stéphane Leroy ; Charly Levenard ; Catherine L’helgouach ; Jacqueline Lledo ; Yves Lledo ; Pierre Llorens ; Jean-François Lomellini ; Jean-Pierre Lovichi ; Catherine Lovighi ; Anne-Marie Luciani ; Marc Luciani ; Jean-Pierre Luciani ; Marie-Josée Luciani ; Paul Antoine Luciani ;  Viviane Lucchini ;  Ghjiseppu Maestracci, collectif Ava Basta ; Jean-Pierre Maginot ; Chloé Maginot ; Danièle Maoudj ; Antoine Mandrichi ; Joseph Marcaggi ; Francis Marcantei ; Françoise Mariani ; Charles Mariani ; Thérèse  Marietti ;  Yves Marietti ;  Pierre Mariini ; Liliane Mariini ; Béatrice Martin ; Marie-Antoinette Massimi ; Marius Massimi ; Jean-Marie Mattei ; Patrick Maurieres ; Jean-Michel Medori ; Angèle Mercuri ;  Guy Meria ; Nicole Mesquida ; Leo Micheli ; Jeanine Mondoloni ; Bruno Mondoloni ; Gérard Mondoloni ; Marie-Ange Moracchini ; Fanfan Moracchini ;  Baptiste Murroni ; Christophe Muselli ; Pierre-Ange Muselli ;  Marie-Jeanne Nicoli ; Maxime Nordee ;  Marie-France Nunez ; Occitania Antifascista ; Roland Orève ; Pascale Ortoli  ; Tony Paoli ; Marie-Françoise Paoli ; Cathy Paolini ; Antoine Paolini ; Marie-Angèle Paolini ;  Alain Peraldi ; Françoise Perbet-Savelli ; Jacques Perona ; Roland Perona ; Marie-Lucie Perona ; Annick Peigné-Giuly ; Natacha Pimenoff ; Noël Pinzuti ; Marine Play ; Daniel Play ; Marthe Poli ;  Eve Pommepuy ;  Nadine Poulain ; Jacqueline Prévert ; Jean-Marc Pupponi ;  Anita Marie Rao ; Jean Rabaté ; Marlène Rasori ; Lou Rengue ; Monique Richoux ; Christophe Richoux ; Josette Risterucci ; Nadine Ristorcelli-Domain ; Mickael Romani ; Marcelle Rombaldi ; Fred Roquelle ; Pascal Rossi ;    Philippe Sabot ; Julia Sanguinetti ; Sampiero Sanguinetti ; Michèle Santamaria ; Cindy Santacroce ;  Jean-Pierre Savelli ; Lila Adelina Segal ; Marie Sereni ; Danael Serre ; Santa Simonpietri ; Catherine Soro ; Sophie Soubeyrand ;  Michel Stefani ; Gilbert Stromboni ;  Liza Terrazzoni ; Jean-Jacques Thomas ; Christiane Tomei ; Ange Tomei ; Louis Tomei ;  Dominique Torre ; Rosette Tramoni ; Michel Tramoni ; Stéphanie Tramoni ;  Jean Valéry ; Guy Vianey ;  Noelle Vincensini, ancienne déportée, résistante ;  Didier Wallisch-Santoni ; Louis Zedda ; Yolande Zicchina ; Noël Zicchina ; Patrick Zucconi.   
               Nous sommes déjà 254 à avoir décidé, en conscience, de rejoindre la démarche proposée par cette déclaration. C’est un résultat important qui prouve une volonté de résistance et de rassemblement pour défendre ce que représente une organisation démocratique comme la Ligue des Droits de l’Homme ; et pour faire face aux forces obscures, de plus en plus actives et insidieuses, qui tentent de saper les fondements mêmes du pacte républicain. 
Cette volonté de résistance et de rassemblement est loin de n’être que celle des initiateurs communistes d’une déclaration qui est désormais la nôtre. Notre nombre et notre diversité nous donnent de la force, une force qui sera d’autant plus efficace que le nombre de nos soutiens prendra une ampleur inédite dans les jours qui viennent. 
Tous ceux qui veulent partager et signer cette déclaration de soutien à la LDH, peuvent le faire en contactant un militant ou en envoyant un message aux adresses suivantes : pcf.ajaccio@orange.fr  ou bien pcf2b@orange.fr ou encore en écrivant aux blogs « U Rossu » et « Terre corse », ou encore sur le compte Facebook : « PCF-Fédération de la Corse du sud ». Ils peuvent aussi s’adresser directement à la LDH  en précisant qu’ils soutiennent notre déclaration.

Voci Aiaccini U Bloggu
Settimana 20 /01 :