"La Ligue ne se borne pas à prendre en charge la portion de justice inscrite dans la loi ; elle veut inscrire dans la loi la totalité de la justice." Victor BASCH au Congrès de 1929. Il a été président de la LDH de 1926 à 1944. Il fut assassiné avec sa femme Ilona par la milice française le 10 janvier 1944.

mercredi 1 mars 2017

Lettre ouverte à François Hollande

Votre visite en Corse est hautement symbolique. Permettez Monsieur le Président de la République que la ligue des droits de l’Homme vous interpelle à la hauteur de cet évènement. Nous voulons rappeler avec force ce qui a été accompli. Les statuts Deferre et Joxe, la loi de 2002. Une autre vision de la République a permis ces avancées. Michel ROCARD fut un de ses visionnaires.
Ces évolutions sont aussi le résultat de plusieurs décennies de violences. Il n’y a plus d’activité clandestine et les Corses aspirent à une relation apaisée avec la République, durablement. La question des prisonniers politiques trouve ici sa véritable dimension. Suppression du fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions terroristes, rapprochement de tous les condamnés, délais raisonnables en matière de jugement, il est temps d’en finir avec le contentieux anti-terroriste et les malentendus qu’il entretient.
D’autres avancées sont nécessaires. Elles se fondent sur la réalité d’une communauté singulière que n’abolit pas une décision injuste du Conseil Constitutionnel. Dès lors qu’elle rejette les dérives xénophobes et qu’elle est portée comme une communauté de destin, la revendication de l’existence d’un peuple est un ferment de développement démocratique.
La Corse est singulière. L’égalité qui impose un traitement identique pour les situations identiques et un traitement spécifique pour les situations spécifiques, en est le maître-mot. Entendez, Monsieur le Président cette aspiration d’égalité et votre visite, au-delà du symbolique, sera une rencontre hautement politique avec le peuple corse.

Ajaccio, le 01/03/2017

Corsenetinfos

U Ribombu

Alta Frequenza

La section reçue par Ariane Amson, conseillère justice de François Hollande.