"La Ligue ne se borne pas à prendre en charge la portion de justice inscrite dans la loi ; elle veut inscrire dans la loi la totalité de la justice." Victor BASCH au Congrès de 1929. Il a été président de la LDH de 1926 à 1944. Il fut assassiné avec sa femme Ilona par la milice française le 10 janvier 1944.

dimanche 15 octobre 2017

Hommage à Antoine SOLLACARO

Il y a cinq ans, le 16 octobre 2012, Antoine SOLLACARO était assassiné. La LDH Corsica n’oublie rien de ce moment d’effroi. La justice n’a toujours pas parlé. Ce silence est pesant pour les familles et pour la société.  En fait, comme pour d’autres assassinats, il nous dit l’échec d’un dispositif judiciaire d’exception, la juridiction interrégionale spécialisée, la JIRS. Aujourd’hui, pour protéger les citoyens contre d’autres menaces, certains ne jurent que par la justice d'exception. Ceux-là seraient bien inspirés de faire le bilan de la JIRS. Pour notre part, nous n’oublions pas que ce refus de l’exception et de l'arbitraire fut un des combats d’Antoine, comme avocat et comme militant de la ligue des droits de l’homme.

Antoine Sollacaro, un homme "révolté contre toute forme d'injustice"

Michel Tubiana et André Paccou (président d'honneur et membre du Comité central de la LDH) rendent hommage à Antoine Sollacaro, assassiné le 16 octobre, qui "fut un extraordinaire avocat et un militant de la LDH".

Corse-Matin 17/10



Antoine Sollacaro, un homme "révolté contre toute forme d'injustice"

"Quinze morts depuis le début de l'année. Plus d'un par mois. Antoine Sollacaro est le dernier de cette liste. Il fut un extraordinaire avocat, un militant de la LDH et derrière "sa véhémence" s'exprimait avant tout sa révolte contre toute forme d'injustice. N'est-ce pas lui qui, bâtonnier en exercice, provoqua l'ire d'un préfet dont les errements finirent par une pantalonnade dévastatrice pour l'autorité de l'Etat.

A la peine s'ajoute la sidération que provoque cet assassinat. Le président de l'Assemblée territoriale corse en appelle à l'action du gouvernement. Mais, l'autorité publique ne cesse, depuis des décennies, de mettre en œuvre tous les moyens d'exception à sa disposition : législation antiterroriste, Jirs, services de police spécialisés entretenant, parfois, des liens surprenants avec les personnes qu'ils sont censés surveiller,etc. La Corse vit sous un droit d'exception permanent sans que l'on sache que cela y ait changé quelque chose.
Non, la faute des autorités publiques n'est pas d'être inactive : c'est d'avoir confondu, depuis des décennies, le maintien de l'ordre et la paix publique, d'avoir cru que les rodomontades autoritaires pourraient pallier le sous-développement économique, le tourisme de carte postale ou les petits arrangements entre amis érigés en mode de vie. Au point où, maintenant depuis trop longtemps, les frontières deviennent floues entre l'action politique de certains, les intérêts d'autres et le souci des pouvoirs publics que tout cela reste un folklore à dominante locale, faisant de la Corse et de ses habitants, les pensionnaires d'un vaste zoo à ciel ouvert que les vacanciers viennent regarder vivre avec leurs drôles de mœurs et de coutumes.
Faire reproche à l'Etat de son inactivité, c'est se tromper de diagnostic, c'est croire que, depuis la fusillade d'Aléria à aujourd'hui, l'Etat n'a jamais fait autre chose, à une ou deux exceptions près, que gérer la situation sans jamais vouloir contribuer à sa solution. Ce n'est pas de l'inaction de l'Etat dont il faut se plaindre mais de son incompétence. S'en tenir là serait participer de la même erreur.
On ne peut, en effet, s'en prendre aux carences de l'Etat sans en même temps interpeller la société corse sur ses ressorts et ce qui fait qu'il est possible qu'une communauté de 300 000 personnes tolère que les cadavres parsèment ses rues et ses chemins. Cette espèce d'hymne à la mort qui est fredonné depuis des décennies par les milieux les plus divers n'a pas encore trouvé son frein naturel, c'est-à-dire son rejet par la communauté elle-même. Non que l'indignation ne soit pas sincère, comme elle le fut à d'autres occasions, mais plus simplement l'acceptation tacite d'une sorte de rite qui va de pair avec d'autres stigmates.
Poser ces questions, ce n'est pas montrer du doigt "les Corses", c'est rappeler à chacun que l'exercice de la citoyenneté n'est pas de la seule responsabilité de l'Etat, elle est aussi celle de la société elle-même. Beaucoup pensent déjà que l'on ne retrouvera pas les assassins et les commanditaires de l'assassinat d'Antoine Sollacaro ; les services de police et la justice feront, on veut le croire, leur devoir. A la société corse de montrer qu'elle ne reconnaît pas le droit d'abattre quiconque comme un chien. C'est bien le moins que l'on doit à la mémoire d'un homme qui aima son pays et la liberté."