"La Ligue ne se borne pas à prendre en charge la portion de justice inscrite dans la loi ; elle veut inscrire dans la loi la totalité de la justice." Victor BASCH au Congrès de 1929. Il a été président de la LDH de 1926 à 1944. Il fut assassiné avec sa femme Ilona par la milice française le 10 janvier 1944.

mercredi 4 février 2015

A propos du racisme anti-corse, le point de vue de la section cité par L.Vittori sur son blog Médiapart

Extrait de l'article :
Provocation publique à la haine, apologie du raciste anticorse : L. Ruquier menace-t-il le pacte républicain ?
"Elsa Renaut Présidente de LDH Corsica : « Nous le savons, les Corses n'existent pas en droit. Aucune plainte n'est recevable dans le cadre de la législation anti raciste. La mise au ban des Corses par le magazine Le Capital, les stigmatisations de Christophe Barbier, la politique punitive de la Ligue Française de Football contre les clubs corses… Ces agressions contre les citoyens corses,  la banalisation de ces violences inquiètent et révoltent la Ligue des Droits de l’Homme. Face à ce défoulement anticorse, les colères sont légitimes. Mais la haine est un piège et la censure n’est pas une réponse. Il revient aux représentants de l’Etat d’alerter le gouvernement sur les atteintes à la tranquillité publique et les tensions que provoquent ces humiliations. Sur la corsophobie, la Ligue des Droits de l’Homme n’a jamais manqué d’intervenir, se fondant sur le principe de la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine."