"La Ligue ne se borne pas à prendre en charge la portion de justice inscrite dans la loi ; elle veut inscrire dans la loi la totalité de la justice." Victor BASCH au Congrès de 1929. Il a été président de la LDH de 1926 à 1944. Il fut assassiné avec sa femme Ilona par la milice française le 10 janvier 1944.

samedi 5 septembre 2015

Communiqué : Droit d'asile - Soutien à l'appel de François Tatti

Ce que certains appellent la crise migratoire est en réalité un exode d’enfants, de femmes, et d’hommes qui fuient la guerre, la dictature et la misère. Au lendemain de la 2nde guerre mondiale, marquée par de multiples exodes, la communauté internationale a énoncé un droit d’asile. C’est ce droit qu’il s’agit de faire vivre aujourd’hui. Les Etats sont les premiers responsables de cette exigence fondamentale qui consiste à protéger des êtres humains. Les sociétés civiles et les collectivités locales ont aussi leur part de responsabilité. En Corse, François TATTI vient de lancer un appel pour les réfugiés. La LDH soutient avec force cet appel. Elle demande aux collectivités locales et aux Corses d’apporter leur contribution aux nombreuses mobilisations qui s’organisent partout en Europe.

 Lire l'appel de François Tatti :

"Bastia, le 5 septembre 2015
L’Europe entière commence à s'organiser pour accueillir les populations fuyant la guerre et la mort qui frappent de l'autre côté de la Méditerranée. Plusieurs villes Françaises se sont déjà engagées dans ce vaste effort de solidarité ; elles ont surmonté les problèmes politiques, religieux et économiques et se proposent de loger, nourrir, soigner ces familles en fuite.
Ces actes d'humanité redonnent sens à notre Europe et fierté aux peuples qui la composent.
Les Corses en général, et les Bastiais en particulier, ne peuvent rester en dehors de cet élan. Nous avons la responsabilité d'agir pour accueillir nous aussi des familles sur notre sol.
Dès lundi matin, j'évoquerai la question lors de la réunion du bureau de la CAB pour réfléchir à la manière de mobiliser les collectivités, les services de l’Etat, les associations et les entreprises qui pourraient contribuer à cette démarche.
J'envisage également de poser, avec d'autres élus j'espère, une question orale lors de la prochaine session de l’Assemblée de Corse des 17 et 18 septembre prochains, afin que la CTC se saisisse à son tour de cette question.
Sans mésestimer les difficultés de tous ordres qu'il faudra surmonter et les efforts d'explication et de pédagogie qu'il faudra déployer, personne ne doute que les Corses sauront, une fois de plus, être à la hauteur de ces événements historiques."
François Tatti
Président de la CAB
Conseiller à l'Assemblée de Corse

France 3 Corse Via Stella

Corsenetinfos

Article de Corse-Matin 6/09