"La Ligue ne se borne pas à prendre en charge la portion de justice inscrite dans la loi ; elle veut inscrire dans la loi la totalité de la justice." Victor BASCH au Congrès de 1929. Il a été président de la LDH de 1926 à 1944. Il fut assassiné avec sa femme Ilona par la milice française le 10 janvier 1944.

samedi 26 décembre 2015

A lire sur Médiapart

Extrait de l'article de Médiapart :
Le représentant de la Ligue des droits de l'homme (LDH) en Corse, André Paccou, insiste d’ailleurs sur le fait qu’« on ne peut pas suspecter Jean-Guy Talamoni et Gilles Simeoni, qui n'ont cessé de fustiger les groupes d'extrême droite, d’attiser ce type de haines ». Pour autant, il reconnaît que la victoire des nationalistes a pu être perçue, chez certains, comme « une forme de permission »« Ils se sentent pousser de mauvaises ailes, dit-il. La responsabilité de nos dirigeants consiste désormais à répéter que la victoire des nationalistes ne justifie en aucun cas les actes xénophobes. Il y a ici des blessures identitaires qu’il ne faut pas laisser aux mains de personnes dangereuses. »
Les événements survenus vendredi à Ajaccio ? « C’est à peine une surprise, souffle André Paccou, car les appels à la haine et les incitations à la violence se sont multipliés ces derniers temps. »

Lire l'article sur Médiapart